Guerre d’Algérie : réconcilier les mémoires

« On a à finir le travail historique sur l’Algérie » a soutenu Emmanuel Macron, en évoquant l’importance du travail sur les mémoires de la guerre.

Le président de la République s’est exprimé ce vendredi 4 décembre sur le média en ligne Brut. Après avoir évoqué les violences policières, le racisme et le séparatisme, il a parlé de la guerre d’Algérie en assurant qu’il fallait « réconcilier les mémoires » de cet événement.

« On a à finir le travail historique sur l’Algérie » a soutenu Emmanuel Macron, qui a évoqué l’importance du travail de l’historien Benjamin Stora, qui doit remettre en décembre un rapport sur cette question au Président.

« Nous ne sommes pas un pays qui comme les Etats-Unis a vécu la ségrégation, mais nous avons vécu la colonisation« , a déclaré Emmanuel Macron, qui a marqué la différence entre les deux.

LIRE LA SUITE

« Des hommes » : Jean-Pierre Darroussin dans la peau d’un soldat français revenu d’Algérie

Xavier LEHERPEUR
14 mn

En 40 ans de carrière, Jean-Pierre Darroussin a tourné avec les plus grands cinéastes français, de Jean-Marie Poiré à Bertarnd Blier, en passant par Alain Resnais. On le retrouve aujourd’hui aux côtés de Gérard Depardieu et Catherine Frot dans « Des Hommes » de Lucas Belvaux, adapté du roman de Laurent Mauvignier – l’histoire de soldats français traumatisés par la guerre d’Algérie. Notre chroniqueur cinéma Xavier Leherpeur est allé à sa rencontre.

Bachir, Héliette et les autres : mémoires de la guerre d’Algérie

Appelé du contingent, militant de l’indépendance, pied-noir et harki, quatre témoins de la guerre d’Algérie mêlent leurs expériences pour « La Croix ». En Algérie, le combat contre les colons reste un repère identitaire, pour toutes les générations.

  • Béatrice Bouniol,

Paris, le 2 octobre 2020, aux Invalides. Il y a là Bachir, haute silhouette et port fier, le discret Messaoud, concentré et toujours au bord des larmes, et Héliette, chevelure et regard sombres, voix posée et verbe ciselé. Jean-Pierre, ce jour-là, est retenu ailleurs – il livrera ses souvenirs quelques jours plus tard, dans une brasserie parisienne. Cela fait des mois que Bachir, Héliette et Messaoud n’ont pu se retrouver, à cause de la crise sanitaire. Ils mesurent combien ils ont manqué les uns aux autres.

Rien ne les destinait pourtant à s’écouter pendant des heures comme des amis. En 1954, ils avaient entre 10 et 17 ans. Huit ans plus tard, leur vie avait quitté le cours linéaire qu’elle paraissait suivre. Malgré eux ou avec passion, sans jamais se croiser, ils étaient devenus acteurs d’une guerre sans nom. Longtemps ils se sont tus. Pour ne pas effrayer leurs proches. Éloigner les jugements. Ne pas sombrer. Avec le temps, sous l’aiguillon de leurs enfants quelquefois, ils ont commencé à parler. Certains ont écrit, Héliette, Bachir.

LIRE LA SUITE

Gisèle Halimi|Hommage teinté d’émotion pour la grande féministe

Un vibrant hommage a été rendu mardi à la grande avocate et féministe Gisèle Halimi lors d’une conférence virtuelle dans le cadre du Festival du Monde Arabe de Montréal. 

Trois panélistes d’exception étaient regroupés pour rendre hommage à cette grande Tunisienne qui a grandement œuvré pour la cause des femmes en France, mais aussi dans le monde.

Wassyla Tamzali ,qui a bien connu Mme Halimi, est revenue sur sa relation avec l’avocate de renom en évoquant de nombreux détails personnels. Elle a notamment fait référence au dernier combat de la femme politique pour la cause des Palestiniens.

Mme Tamzali est essayiste, ancienne avocate à Alger et ancienne directrice des droits des femmes à l’UNESCO. Elle est l’une de ces voix importantes qui rappellent que ces droits sont reconnus à toutes les femmes, peu importe leur lieu d’origine ou leur appartenance religieuse.

Était aussi présente la femme politique et avocate Bochra Bel Haj Hmida, figure du mouvement des droits de l’homme dans son pays, la Tunisie. Mme Bel Haj Hmida a expliqué durant cette conférence que malgré n’avoir rencontré Gisèle Halimi qu’à quelques reprises, la figure féministe l’a toujours inspirée dans ses travaux.

Dans sa vie au tribunal comme en politique, elle n’a jamais cessé de défendre les droits de la personne, des femmes en particulier, avec une vision progressiste. Elle a notamment été à la tête de commissions parlementaires, mais aussi d’associations défendant les droits des femmes.

LIRE LA SUITE

France. Les archives cadenassées de la guerre d’Algérie

En 2013, le président François Hollande remet à Josette Audin des copies de documents concernant son mari Maurice Audin 1, ainsi qu’une liste d’archives qu’elle peut aller consulter et copier. Elle accède entre autres pièces à un dossier saisi en 1961 chez le colonel Yves Godard, alors en fuite. Godard était l’un des chefs de l’Organisation armée secrète (OAS), organisation terroriste se réclamant de l’Algérie française.

En fait, la décision du président n’est pas extraordinaire : la loi française reconnaît que la raison d’État permet de tamponner des documents du sceau « confidentiel », « secret » ou « très secret » afin d’en empêcher la consultation, mais durant cinquante ans seulement.

LIRE LA SUITE

Les mémoires de soldats hillionnais en Algérie retranscrites dans un livre

En décembre, le livre « Leur guerre d’Algérie, mémoire des appelés d’Hilion » sera édité. Un aboutissement pour Alain Lafrogne, qui a, pendant quatre ans, recueilli de nombreux témoignages d’Hillionnais ayant vécu ce conflit. Pas moins de 29 paroles collectées qui reflètent la diversité des parcours durant cette guerre qui a profondément marqué ceux qui y ont été confrontés.

Au fil des 300 pages, le lecteur pourra également découvrir de nombreuses illustrations, dont beaucoup de photos originales rapportées par des Hillionnais.

Une souscription à 16 € est ouverte. Une fois édité, l’ouvrage sera vendu au prix de 20 €.

Pratique

Renseignements auprès d’Alain Lafrogne, 1 bis, rue de l’Étoile, tél. 02 96 32 38 52, ou à hph.hillion@gmail.com ou ma.lafrogne@free.fr ; également à la mairie, tél. 02 96 32 21 04.