La guerre d’Algérie a provoqué de multiples expériences de guerre et une diversité des mémoires. Raphaëlle Branche revient sur ce rapport à la guerre dans le cadre familial.

Raphaëlle Branche* présente ici les principaux enjeux mémoriels de la guerre d’Algérie mais aussi la façon dont s’est construite l’histoire des deux côtés de la Méditerranée. Avec trois travaux majeurs, l’historienne a couvert trois pans essentiels à la compréhension du conflit : l’usage de la torture par l’armée française pour réprimer le nationalisme algérien, puis elle a analysé de façon complète l’embuscade de Palestro en 1956 en replaçant l’événement dans un contexte plus large. Aujourd’hui, elle aborde l’expérience de guerre, son récit et son silence dans le cadre familial.

L’histoire et les mémoires de la guerre d’Algérie sont étudiées dans le cadre du thème 3 de Terminale « Histoire et mémoires des conflits ». Il s’agit d’aborder la façon dont se construit l’histoire et les relations qu’une société entretient à son passé.

LIRE LA SUITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*