Projections du film « Retour en Algérie »

Retour en Algérie, d’Emmanuel Audrain, produit par Le Goût du Large

10 Projections – rencontres avec le Réalisateur Emmanuel Audrain
Et un « Invité » : Historien, Ecrivain ou Journaliste

Samedi matin, 11h, à partir du 21 Janvier 2017 au Cinéma LUMINOR – Hôtel de Ville, 20 rue du Temple 75004 Paris

 

La Guerre d’Algérie – dont ils n’ont pu parler – a bouleversé leurs jeunesses. À 65 ans, quand ils ont eu la possibilité de toucher leurs « retraites du combattant », Rémi, Georges, Stanislas, Gilles et les autres… Ont choisi de ne pas garder cet argent pour eux-mêmes. « Cet argent, nous le collectons et le reversons, pour des projets solidaires… En Algérie. »
Eux, qui s’étaient tus si longtemps, voilà qu’ils parlent. Et leurs vieux coeurs qui rajeunissent ! Allant à la rencontre de jeunes lycéens, ils disent : « Parfois, il faut désobéir… Oser, dire Non ! »
Ils ajoutent : « Cette histoire, a bouleversé nos vies. Mais – aujourd’hui – retournant en Algérie, nous voulons contribuer à en écrire une autre page… Solidaire et fraternelle, celle-là ! »

DÉCOUVRIR LE PROGRAMME COMPLET

LA BANDE ANNONCE

Enquête auprès des anciens combattants et de leur famille

IMG_0208-2_basse-def
Raphaëlle Branche – DR

Historienne spécialisée sur la guerre d’Algérie, Raphaëlle Branche réalise une enquête auprès des anciens combattants et de leur famille (épouse, frères et soeurs, enfants) afin de cerner les effets de la guerre sur les relations familiales des jeunes hommes qui partirent faire en Afrique du Nord entre 1954 et 1962.
Cette enquête a trois volets : la collecte de documents rédigés à l’époque (correspondance avec les proches, journaux intimes, carnets de notes) ; la réalisation de questionnaires auprès des anciens combattants et de leur famille ; la réalisation d’entretiens auprès des anciens combattants et de leur famille.
Le questionnaire ci-joint est destiné aux anciens combattants.
Idéalement, il doit être complété par d’autres questionnaires que Raphaëlle Branche adressera à chaque membre de votre famille qui en serait d’accord.

TÉLÉCHARGER LE QUESTIONNAIRE

DÉCOUVRIR LE SITE DE RAPHAËLLE BRANCHE

TÉMOIGNAGE DE JACQUES CAZAUX

Né le 17 septembre 1937 à Paris. Classe 57 2B. Classes dans un régiment d’infanterie de Blois. Affecté à la section « Transmission ». Au bout de trois mois, il est d’abord  affecté au 2e bataillon du 39e régiment d’infanterie à Agadir dont  il raconte avec humour et précision la vie de caserne. Puis vient le temps de gagner l’Algérie, et Tizi Ouzou, une caserne située juste en face du village natal d’Amirouche. Là, au coeur des événements comme secrétaire du PC, il livre des dizaines d’anecdotes, graves ou drôles, témoignages rares du quotidien d’un soldat…

VOIR LA VIDÉO

TÉMOIGNAGE DE FRANCIS MISCHKIND

« Je suis appelé sous les drapeaux le 6 novembre 1956 et affecté au 117ème bataillon de l’Armée de l’Air. Début Janvier 1957, j’entre au Service « Scénario » du SCA (Service Cinématographique des Armées) au Fort d’Ivry. Au Service « Scénario », nous sommes trois jeunes réalisateurs : Robert Enrico, Jean-Gabriel Albiccoco et moi-même.
Dès mon arrivée, on me confie la finition d’un court-métrage sur l’école de Coëtquidan et l’histoire du Casoar puis on m’affecte à la réalisation de courts-métrages destinés à l’armée de l’air dont je porte l’uniforme. Robert Enrico est chargé de la réalisation des courts-métrages concernant l’armée de terre. À Jean-Gabriel Albiccoco reviennent ceux destinés à la marine.
Je ne connais rien à l’aviation, mais ai d’excellents conseillers techniques qui, par contre, ne connaissent rien au cinéma. Cette complémentarité fonctionne.

VOIR LA VIDÉO

Recherche d'archives documentaires

Dans le cadre d’un projet de documentaire historique sur la mobilisation des appelés pendant la guerre d’Algérie, nous recherchons tous films amateurs tournés dans les années 50. Vous trouverez ci-dessous toutes les précisions relatives à notre recherche.

Titre provisoire:                    La France en guerre, 1954-1962
Auteurs:                                 Bruno Joucla, Tramor Quemeneur
Réalisateur:                           Bruno Joucla
Production:                            What’s Up films – Matthieu Belghiti
Diffuseur:                              France 3

Images d’archives recherchées :

– films tournés par les appelés mobilisés en Algérie durant la guerre (quotidien, troupes, Algérie, population…)
– films amateurs dans lesquels apparaissent des appelés dans la période 1954-1962
– films amateurs tournés en France métropolitaine dans la période 1954-1962, et plus précisément:
– films de famille (dans le quotidien mais également événements de type réunions et fêtes de famille, mariages, etc)
– films de manifestations publiques ou autres événements et rassemblements en lien avec la guerre d’Algérie

NB: les bornes chronologiques 1954-1962 sont relativement souples et nous pouvons élargir à quelques années près.

Contact société de production:
What’s Up films – Song Pham (productrice exécutive)
songpham@whatsupfilms.com
Tel: 01 55 28 94 95

TÉMOIGNAGE DE SYLVÈRE MAISSE

Incorporé en 1959, Sylvère Maisse rejoint le 27e Bataillon des Chasseurs Alpins. Après quatre mois de classes, il part en Algérie, à Ifigha, où se trouve le PC de son bataillon. Là, il est ensuite muté sur un piton, à Tabourt. Là, les crapahuts et les embuscades se succèdent. Il se lie d’amitié avec certains villageois. Puis : « Après vingt-huit mois chez les chasseurs alpins, je rentre le 18 juin 1961 à Draveil (91), en entier, ayant donné de belles années de ma jeunesse.

VOIR LES AUTRES VIDÉOS

 

TÉMOIGNAGE DE GÉRARD GONET

Gérard Gonet a été chasseur alpin dans la 1ere compagnie du 27e bataillon de chasseurs alpins pendant 28 mois, basé à Haoura, un piton en Grande Kabylie. « Nous avions vingt ans, l’âge ou l’on oublie vite et même très vite. Mais aujourd’hui plus les années passent et plus je revis ces moments difficiles et partagés par la plupart d’entre nous lorsque nous avions vingt ans. Mais qui va aujourd’hui nous écouter raconter nos vingt ans, à part nos amis anciens combattants qui savent eux ce que veut dire la solidarité et le soutien permanent ? »
Gérard GONET

VOIR LES VIDÉOS