Un livre pour « se délivrer de la honte »

Plus de cinquante ans après la guerre d’Algérie, d’anciens combattants tiennent encore à témoigner de ce qu’ils ont vécu. C’est le cas de René Knégévitch qui fut enseignant en Sarthe et principal adjoint au collège Kennedy.

La sortie récente de son livre Quand il neigeait sur le Djebel Amour apporte, comme le souligne l’Allonnais, Clément Mazier, « un témoignage historique, vivant et poignant d’un jeune appelé, envoyé en Algérie pour faire du maintien de l’ordre et se trouve à son corps défendant mêlé à une sale guerre ».

« Libérer la parole »

Des notes rédigées sur des pages coupées en deux et dispersées dans ses vêtements entre 1959 et 1960 lors de son parcours d’appelé, René Knégévitch tire un récit fait de chroniques évoquant l’origine du conflit, l’engrenage de la violence, la honte des actes commis, la peur et la mort, mais aussi un apaisement au contact de la nature et de l’humanité du peuple algérien pauvre.

Joint par téléphone, René Knégévitch confie : « Cette guerre a été vécue différemment en fonction des endroits et des officiers. Comme je le constate lors de rencontres avec d’anciens d’Algérie, ils ont un besoin d’exprimer ce qu’ils ont vu et vécu. Le livre fait œuvre utile en permettant de libérer la parole et se délivrer de la honte d’avoir participé à des choses peu glorieuses. Certains pleurent encore en évoquant les tortures ». Il ajoute : « Malgré tout, il y avait assez de volontaires pour faire ce que je refusais. »

Quand il neigeait sur le Djebel Amour, sorti aux Éditions Amalthée dans la série Portraits de vies, est disponible à la médiathèque d’Allonnes et en vente dans les librairies.

LIRE LA SUITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*