L’association Josette et Maurice Audin réagit au rapport Stora : «Dire les atrocités commises par la France»

Mustapha Benfodil
06 février 2021 à 10 h 32 min
355
L’Association Josette et Maurice Audin a réagi à son tour au Rapport Stora, à travers un document où elle insiste sur la nécessité de faire toute la lumière sur l’affaire Maurice Audin et sur le sort des personnes disparues, enlevées par l’armée française.

L’Association Josette et Maurice Audin vient de réagir à son tour au Rapport Stora avec, à la clé, un document riche en propositions publié ce jeudi 4 février sur son site officiel (www.association-audin.fr). «Alors que le rapport de l’historien Benjamin Stora fait couler beaucoup d’encre et suscite des réactions contrastées, L’association Josette et Maurice Audin poursuit ses actions de rapprochement entre la France et l’Algérie, pour la vérité et pour la justice. Et met en débat ses suggestions», peut-on lire en ouverture de ce document.

Dans cette déclaration, l’association insiste en premier lieu sur la nécessité de «dire et partager la vérité sur la colonisation de l’Algérie par la France et les atrocités et injustices commises par celle-ci sur le peuple algérien». Elle plaide aussi pour l’ouverture de «toutes les archives relatives à la colonisation et la guerre d’Algérie/guerre d’indépendance algérienne».

Elle appelle en outre à «continuer à établir la vérité sur les conditions de l’assassinat de Maurice Audin et la disparition de milliers d’Algériens et de Français de cette guerre».

Autre piste suggérée : «Soutenir politiquement et financièrement toutes les initiatives citoyennes de solidarité et d’amitié entre les peuples français et algérien.» L’association Josette et Maurice Audin a été «créée en 2004 à l’initiative du mathématicien Gérard Tronel (ancien membre du comité Audin 1957-1962)».

Depuis sa création, elle milite pour faire toute la lumière «sur les circonstances de l’assassinat de Maurice Audin par des militaires français et sur le lieu où sa dépouille a été enterrée». Elle se bat également pour «établir la vérité sur la disparition de milliers d’Algériens et de Français pendant la guerre» et pour «dénoncer l’utilisation de la torture comme système de terreur à l’égard de la population algérienne» durant la colonisation.

L’association n’a pas manqué de revenir sur la reconnaissance, par le président français Emmanuel Macron, du crime perpétré contre le chahid Maurice Audin, assassiné le 21 juin 1957 à Alger. Il avait été arrêté dix jours auparavant. «Le 11 juin 1957, l’armée française arrêta Maurice Audin à son domicile, avant de le torturer, l’assassiner et faire disparaître son corps» précise une rubrique consacrée à l’affaire Audin sur le site de l’association.

LIRE LA SUITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*