Bande dessinée : “Non-Retour”, un one-shot qui donne des envies de suite

Juillet 1962. L’Algérie est indépendante et pour les pieds-noirs c’est “la valise ou le cercueil.” Dans un Constellation (mythique avion de ligne à hélices de la firme américaine Lockheed) s’entassent familles de rapatriés, espions, flic de la DST, colonel de l’OAS, et équipage. Destination, Marseille. Mais au-dessus d’Oran en flammes, les autorités donnent l’ordre d’atterrir et la tension monte de plusieurs crans…

Attachez vos ceintures ! Car le trajet jusqu’à Marseille promet d’être quelque peu mouvementé. En ce mois de juillet 1962 qui a vu l’Algérie devenir indépendante (le 5) la confusion règne et la peur est partout. Pour quelques dizaines de personnes, le salut est dans la carlingue d’un avion (*) et c’est eux que l’on va suivre tout au long d’un voyage riche de réminiscences et d’espoirs…

Un récit classique, dans un huis-clos qui dramatise l’ambiance
Le regretté Patrick Jusseaume et Jean-Laurent Truc ((à d.). C’est lors d’une telle randonnée sur l’Aubrac que le scénariste a ractonté au dessinateur ce qui allait devenir Non-Retour… Photo D.-R.
S’inspirant d’un souvenir d’enfance, Jean-Laurent Truc signe ici pour Patrick Jusseaume son premier scénario. Le dessinateur de “Tramp” avait travaillé sur plusieurs pages avant de disparaître. Olivier Mangin lui a donc succédé au dessin, avec talent. “Au départ, c’est vraiment de l’authentique” témoigne Jean-Laurent Truc, qui n’était qu’un enfant au moment des événements.

Après une longue carrière de journaliste (et chroniqueur BD)… Créateur et animateur du site consacré à l’actualité de la bande dessinée ligneclaire.info il est donc désormais, aussi, scénariste. Pour le plus grand bonheur des amateurs. “J’ai voulu retrouver une ambiance franco-belge, quelque chose d’assez classique mais dans le contexte d’un huis clos qui renforce le dramatique de la situation”, dit-il. Pari réussi ! C’est la réponse que l’on peut lui apporter.

Sa place en compagnie des plus grands classiques
Car une fois que l’on a pris place à bord du Constellation qui trace dans le ciel d’Algérie, impossible de quitter son siège. Dans le sillage de quelques grands titres, Non-Retour a incontestablement gagné sa place sur les rayonnages consacrés à la bande dessinée d’aviation, entre NC-22654 ne répond plus (Buck Danny par Charier et Hubinon, éd. Dupuis, 1957) et Canon Bleu ne répond plus (Tanguy et Laverdure, par Charlier et Uderzo, éd. Dargaud, 1966).

LIRE LA SUITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*