Journées du Patrimoine à Paris : un « Panthéon des oubliés » place de la République

Militants antiracistes, féministes, venus des Antilles ou issus de l’immigration… SOS Racisme va installer sur la célèbre place parisienne une sculpture pour honorer des personnalités méconnues de notre Histoire et célébrer la diversité.

Ce week-end du 18-19 septembre, c’est les Journées du Patrimoine ! Pour l’occasion, l’association SOS Racisme installe ce dimanche une statue bien particulière place de la République, à Paris : elle honore des héros et des héroïnes méconnues de l’Histoire.  Une sorte de « Panthéon des Oubliés », explique Dominique SOPO, le président de l’organisation.

Concrètement, la sculpture consistera en un buste, sans tête, posé sur un piédestal, avec un écran numérique sur lequel défileront les noms, visages et biographies de figures oubliées de l’Histoire de France, qui se sont pourtant, à leur échelle, en leur temps, mobilisés afin de changer le monde.

« Le Panthéon de la France est bien plus grand qu’on ne le croit, bien plus diversifié qu’on nous le présente : il y a des immigrés, des personnes des Antilles, des femmes… qui devraient être d’avantage représentés dans l’espace public. » En effet, explique Dominique Sopo, si on prend la seule question de la représentation des femmes dans les noms de rues, « il n’y en a pas beaucoup en dehors des saintes et de Marie Curie. »

Ce qui a construit la France

Quelques dizaines de personnalités seront ainsi honorées par cette sculpture, mais d’autres noms pourront être ajoutés ensuite, explique le président de SOS Racisme. Il cite notamment Solitude (ou « mulâtresse Solitude »), une ancienne esclave née en Guadeloupe qui s’est battue contre le rétablissement de l’esclavage par Napoléon Ier en 1802. Il évoque également Henri Alleg, un journaliste qui a dénoncé la torture utilisée pendant la guerre d’Algérie et qui l’a lui-même subie. Des figures peu connues de la population aujourd’hui, mais leur parcours « fait partie de ce qui a aussi construit la France. »

LIRE LA SUITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*