Algérie : « Quand je suis arrivée, je n’avais qu’une petite valise »

Moucheik Si Merabet habite à Fontenay-le-Comte (Vendée). Aide soignante pendant la guerre d’Algérie, elle est arrivée en France en 1962. Elle participera à l’hommage aux harkis et autres membres des formations supplétives samedi 25 septembre 2021.

Un jour de mars 1962, elle a tout laissé. Moucheik Si Merabet est arrivée en France avec son mari et ses deux enfants, avec « une petite valise », c’est tout. Ils ont trouvé une petite maison au Puy Saint-Martin, à Fontenay-le-Comte (Vendée) pour y recommencer une vie, loin de la guerre.

Cette guerre, celle d’Algérie, Moucheik Si Merabet l’a vécue. À 26 ans, elle s’est engagée auprès des assistantes sociales rurales auxiliaires, plus tard appelées équipes médico-sociales itinérantes. Une unité féminine de l’armée française, chargée « d’une action psychologique et humanitaire auprès des populations civiles, explique-t-elle. Nous allions dépister les maladies et porter secours aux habitants regroupés en liaison avec la Croix Rouge et le Secours Catholique ».

« Il fallait rester neutre, en restant à notre place », dit-elle. Lorsqu’elle se déplace, avec ses trois collègues françaises, elle est escortée. Un jour, cette mission devient trop dangereuse. Elle entre alors à l’hôpital de sa ville, Tiaret. Elle y rencontre son époux, qui est fonctionnaire.

Mais l’armée française décide de mettre la famille à l’abri, en France. C’était quelques mois seulement avant l’indépendance de l’Algérie. « Nous étions les premiers arrivés à Fontenay. Les gens nous regardaient bizarrement », raconte Moucheik, aujourd’hui âgée de 89 ans. Loin des siens, elle se sent seule. « Heureusement que j’avais mes enfants. » Pour s’occuper, elle s’engage dans toutes les associations possibles. « Je ne voulais pas rester à la maison. » Elle s’intègre en « se faisant toute petite, pour ne pas se faire remarquer ». Jusqu’à effacer une partie de son identité. Elle ne parlera pas l’arabe avec ses enfants.

LIRE LA SUITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*