EDITORIAL

Si le confinement a été officiellement levé, il est évident que de nombreuses activités n’ont pas repris ou reprennent partiellement,voire ne pourront reprendre que plus tardivement.Dans quelle catégorie serons-nous ? Soyons optimistes ;nous ferons tout pour nous retrouver en septembre.

Dans un précédent message,je saluais l’engagement de celles et ceux qui assuraient notre survie ainsi que ceux et celles qui contribuaient à notre vie au quotidien. Il est important de ne pas oublier leur dévouement , leur prise de risque en faisant en sorte que nos applaudissements d’hier et les promesses faites se concrétisent par la prise en compte de leurs légitimes revendications individuelles et collectives.Ils ont vécu des moments terribles et leur parole aujourd’hui est une mise en garde face à un avenir incertain.

Par respect pour leur travail,nous devons conserver une grande prudence et continuer à respecter des régles simples même si elles sont contraignantes afin de ne pas être pris au dépourvu.On ne sait jamais de quoi sera fait le lendemain.

L’Espace parisien qui regroupe les anciens combattants d’Algérie, du Maroc et de Tunisie déplore la disparition de plusieurs d’entre eux,victimes du virus ou trop atteints pour résister à la maladie qui les affectait déjà. Leurs épouses et compagnes ont été également touchées. Nous saluons leur mémoire comme nous avons une pensée pour toutes et tous ceux,connus et inconnus qui ont succombé à cette pandémie.

Notre association avait programmé une série d’actions mémorielles que nous avons dû reporter et qui à ce jour sont encore dans l’incertitude.Nous avons cependant tenu à faire en sorte d’être présents en activant le site internet ephmga.com par des productions littéraires , des articles et des dossiers de presse récemment parus .

En le consultant vous pouvez constater que fidéle à ses principes,l’EPHMGA donne toute liberté à l’expression de chacun dans sa diversité et sa perception de cette guerre.Il faut remercier celles et ceux qui par l’écrit, la parole, l’image et l’enseignement dispensé,contribuent à faire découvrir ou redécouvrir les facettes multiples qui caractérisent cette longue et douloureuse épopée.

La maintenance et l’actualisation de notre site est une nécessité afin que perdure cet outil de recherche prisé par les internautes. Quelques chiffres nous renforcent dans notre volonté d’utiliser cette technologie.Vous les retrouverez dans le bilan 2019.

Aprés cette période difficile,nous préparons la rentrée et en fonction de l’actualité et des disponibilités de nos partenaires,nous vous proposerons dans la mesure du possible un événement mémoriel et des actions ponctuelles.Notre volonté est intacte .

Je vous remercie de votre fidélité et vous adresse mes amicales salutations.

Jean-Pierre Louvel, Président de l’Espace Parisien Histoire Mémoire Guerre d’Algérie

 

Editorial

Le monde dans sa quasi-totalité subit l’assaut d’un ennemi invisible mais dévastateur.

Permettez-moi tout d’abord de saluer le professionnalisme, le courage et l’abnégation dont font preuve celles et ceux qui veillent à notre survie et doivent sans relache affronter la dureté de la réalité .

Comment ne pas y associer celles et ceux qui nous permettent de vivre au quotidien en assurant les tâches élémentaires de notre société , des tâches essentielles qui nous paraissaient normales et qui aujourd’hui offrent un autre visage.

En quelque sorte l’ordinaire presque invisible est devenu visible !

Beaucoup de familles voient leurs proches engagés dans ce combat qui bouleversent leur vie.

Remercions les aujourd’hui mais sachons le faire plus encore demain ; nous avons une dette envers eux individuelle et collective !

L’Espace parisien regroupe des anciens combattants d’Algérie , du Maroc et de Tunisie nés entre 1932 et 1944. Une génération certes encore vaillante mais dont la tranche d’âge est une proie facile pour cet adversaire identifié mais pour lequel il n’existe pas encore d’antidote.

A tous et toutes , « anciens » , épouses, compagnes, veuves de nos camarades disparus au nom de notre association je vous recommande la patience afin de nous préserver et ainsi de nous retrouver dans des jours meilleurs.

Aux internautes qui suivent notre parcours en nous consultant et ainsi nous encouragent à poursuivre notre objectif de transmettre la mémoire j’adresse ce même message et les remercie de leur fidélité.

Prenons soin de nous et de nos proches.

Si vous me permettez un trait d’humour dans ce contexte particulier le respect des consignes « faire barrage » , « gardez les distances » nous est familier et nous revient en écho  à nous les anciens .Pardon pour ce rappel mémoriel mais l’humour est également un moyen de lutte.Nos ainés nous l’ont montré par le passé en des temps difficiles et la jeunesse n’en manque pas.

Je vous adresse mes amicales salutations.

Jean-Pierre Louvel

Président de l’Espace Parisien Histoire Mémoire Guerre d’Algérie

Mémorial

Le 11 novembre 2019, le président de la République a inauguré le Mémorial national érigé en hommage aux combattants des OPEX.

L’Espace Parisien Histoire Mémoire Guerre d’Algérie s’associe à cet hommage qui s’inscrit dans son objectif de transmettre la mémoire en particulier aux jeunes générations unissant ainsi le monde combattant.

Cette statue de bronze représentant six soldats – cinq hommes et une femme – portant un cercueil invisible, un mur sur lequel sont inscrits les noms de 549 militaires morts en « Opex ». AFP/Ludovic Marin

Parution des actes de la guerre d’Algérie « Mémoire de la guerre d’Algérie en 2019 : la place des archives nationales et internationales »

À l’occasion de ses dix ans d’activité au service de la mémoire de la guerre d’Algérie, l’ESPACE PARISIEN HISTOIRE MÉMOIRE GUERRE D’ALGÉRIE (EPHMGA)  a organisé le  11  avril  2019 à l’auditorium de l’Hôtel de ville de Paris un colloque  consacré aux archives de la guerre d’Algérie.

Vous retrouverez dans cet ouvrage l’intégralité des interventions de nombreux historiens, de responsables du monde de l’enseignement, de l’Établissement
de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense (ECPAD),  de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA), de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG), du Service Historique de la Défense (SHD), de La Contemporaine…

Commandez cet ouvrage en remplissant le bon de commande ci-dessous :

TÉLÉCHARGER LE BON DE COMMANDE

Rencontre et témoignage à la Mairie du XIXe

À l’occasion du 65e anniversaire du début de la guerre d’Algérie, le Comité d’entente des anciens combattants, à l’initiative de son président Jean-Claude Tallarini   et l’Union Départementale de Paris (UDAC) présidée par Jean-Pierre Leclerc, ont organisés le 17 octobre 2019 à la Mairie du XIXe une « Rencontre -Témoignage ».
Cette demi-journée a reçu le concours de l’Office National des Anciens Combattants Victimes de Guerre (ONACVG), représenté par Hervé Serrurier, conseiller-mémoire et de l’Espace Parisien Histoire Mémoire Guerre d’Algérie (EPHMGA)- son président, Jean-Pierre Louvel (2), en assurant l’animation. Mme Teyssédre, chargée de mission auprés du Maire et l’équipe technique municipale ont accueilli dans la Salle des Fêtes prés de quatre vingts personnes de toutes générations.
En introduction, Tramor Quemeneur (4), historien chargé de cours à l’université Paris VIII, membre du conseil d’orientation du Musée National d’Histoire et d’Immigration (MNHI) rappela le long cheminement historique, politique, économique, culturel et sociétal qui conduisit l’Algérie à cette guerre.
La seconde partie permit à des acteurs de ces périodes d’évoquer leur propre histoire. Ainsi Roger Barbieux, officier appelé du contingent, président des ACPG-CATM de Paris, Maryse Prévost, née en Algérie et son mari Claude Prévost (3), président de l’ARAC-Paris et ancien appelé ont apporté leur témoignage sur leur vécu et les circontances qui les aménérent à vivre des épisodes tragiques.
La parole fut donnée à la salle ce qui permit un échange animé chargé parfois d’émotion selon les personnalités.En effet, l’assistance était très éclectique composées de responsables culturels du monde littéraire et théatral, de l’enseignement, d’étudiants de Sciences-Po dont le programme comporte cette page d’histoire, d’anciens combattants, de leurs veuves, de représentants associatifs issus des conflits antérieurs.
Parmi les personnalités participantes, la présence de M. Saïd Boudaoud, Ministre plénipotentiaire de l’ambassade d’Algérie à Paris fut particuliérement remarquée et appréciée.
Le reportage photographique a été assuré amicalement par Jean-Yves Jeudy membre du Comité d’entente.
La clôture de cette rencontre revint à M. Mahor Chiche, adjoint au maire, M. François Dagnaud, chargé de la mémoire et des relations avec le monde combattant. Il remercia l’assistance et les intervenants, rappelant l’intérêt d’organiser de tels événements qui contribuent à la transmission de la mémoire, un objectif concrétisé par cette journée et auquel la municipalité est très attachée.
Jean-Pierre LOUVEL

(Photos : Jean-Yves Jeudy)

 

 

Témoignage devant les élèves de M. Jean-Pierre Louvel, président de l’EPHMGA

Depuis 2017, l’ONACVG a lancé le programme Histoire et mémoires de la guerre d’Algérie. Dans ce cadre-là, l’Office organise des séances de témoignages d’anciens acteurs et témoins de ce conflit en classe, partout sur le territoire.

Contact : contact.hmga@onacvg.fr

Disparition de Roger Fichtenberg, président d’honneur de notre association

DÉCÈS DE ROGER FICHTENBERG – L’HOMMAGE DU 11e ARRONDISSEMENT

C’est avec profonde émotion et une immense tristesse que nous avons appris le décès de Roger FICHTENBERG, figure de la Résistance, survenu le 22
septembre 2019, à l’âge de 97 ans.
C’est une figure incontournable et attachante du 11e arrondissement qui disparaît.
Né le 20 octobre 1921, Roger FICHTENBERG était un enfant du 11e arrondissement ; il y passa toute sa jeunesse et la majeure partie de sa scolarité.
L’invasion allemande, commencée en mai 1940, marqua pour lui la fin de l’insouciance.
Elle poussa les FICHTENBERG à prendre le chemin de l’exode. Ils trouvèrent refuge à Lapalisse, près de Vichy. Un an plus tard, en mai 1941, Roger rejoignit les EIF – les
Éclaireurs Israélites de France.
En août 1942, à la suite des premières grandes rafles de la zone libre, il fonda avec plusieurs de ses camarades la « Sixième », la branche clandestine des EIF. Roger
FICHTENBERG entra alors en clandestinité, sous le nom de Jaguar : son totem chez les scouts.
Envoyé à Moissac, il multiplia les opérations de sauvetage pour sauver tous ceux qui avaient à craindre une arrestation. Il cacha de nombreux jeunes et leur fabriqua de faux papiers, avant de les convoyer vers la Suisse ou l’Espagne. Il fut, notamment, chargé en décembre 1943 de disperser les soixante-trois jeunes de la maison des EIF à La Grave.
En mars 1944, il s’engagea dans l’Armée Secrète ; en mai, il fut affecté à l’État-major des FFI – les Forces Françaises de l’Intérieur – du Lot-et-Garonne. Et c’est en qualité de Sous-lieutenant que Roger participa à la libération d’Agen. Le 19 août 1944, il y occupa la préfecture. Nommé adjoint au Commandant de la Prévôté militaire du Lot-et-Garonne, il prit les premières mesures de maintien de l’ordre et de rétablissement des libertés républicaines.
Une fois démobilisé, Roger travailla, six mois, au Ministère des Prisonniers, Déportés et
Réfugiés, avant de rejoindre le COJASOR – le Comité Juif d’Action Sociale et de
Reconstruction. Pendant plus de cinq ans, il mettra toutes ses compétences et son énergie pour venir en aide aux rescapés des camps de la mort.
Son engagement au service des autres le conduisit logiquement à la politique. Il adhéra, en 1954, au Parti Radical Socialiste, puis, en 1973, au MRG – le Mouvement des Radicaux de Gauche. Au sein de ce mouvement, il deviendra membre du Comité Directeur et du Bureau National. Là, il y côtoya, notamment, Pierre Mendes-France, Gaston Monnerville ou encore Michel Crépeau.
Son engagement politique le conduira à exercer des fonctions électives. Il fût élu, de 1983 à 1995, Conseiller du 11e arrondissement, mais aussi Conseiller Régional d’Île-de-
France, de 1986 à 1992, puis de 1997 à 1998.
En parallèle de ces fonctions, Roger FICHTENBERG était également très attaché à la transmission de la mémoire, et c’est à cette mission qu’il s’est attaché durant la dernière
partie de sa vie. Il présida en ce sens, et ce depuis 1978, l’UACVG du XIe – l’Union des Associations d’Anciens Combattants et Victimes de Guerre – et fut membre du Conseil Départemental de l’ONAC – l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre. En cette qualité, il organisa, toujours avec soin, et présida sans jamais faillir, les cérémonies mémorielles du 11e arrondissement, et ce jusqu’à il y encore quelques mois. En militant de la mémoire, il s’est également investi auprès des plus jeunes pour la transmission de la mémoire de la Shoah et de la Résistance et intervenait ainsi régulièrement, avec enthousiasme, dans les écoles et lycées du 11e arrondissement, marquant par ses récits et sa personnalité hors du commun de nombreux élèves. Il laisse un livre, Journal d’un résistant juif dans le sud-ouest, et de nombreux témoignages
filmés de son histoire. Titulaire de la Croix du Combattant Volontaire et de la Croix du Combattant Volontaire de la Résistance, son engagement lui valut d’être également élevé au rang de Chevalier des Palmes Académiques et d’Officier de la Légion d’Honneur. Il a été également décoré de la médaille de Grand Vermeil de la Ville de Paris. François Vauglin, Maire du 11e arrondissement, et l’ensemble des élus du conseil d’arrondissement, adressent leurs sincères condoléances à sa famille et ses proches.

Afin de saluer sa mémoire et comme il l’avait souhaité avant de partir, une cérémonie sera organisée le mercredi 25 septembre à 14h devant le monument aux morts de la mairie du 11e arrondissement. Elle sera suivie de son inhumation au cimetière de Bagneux à 16h.